26/05/2010

500 à 2000 emplois dès demain

J'ai l'autre jour entamé une analyse des 936 pages passionnantes de la liste des  des mandats publics de nos élus. Une véritable honte: certains hommes politiques cumulent des mandats publics grassement rémunérés, pour atteindre des revenus nets de l'ordre de plus de 100.000 euros par an. Si effectivement un politicien doit avoir des revenus pour pouvoir pratiquer, les revenus de certains sont franchement excessifs et ne prouvent qu'une chose: le manque d'intérêt pour la politique et le bien public, et donc l'amour de l'argent.

Il est donc temps de prouver le contraire.

Voici ma proposition:

Sauf pour les ministres, dont le travail est éreintant, limiter le nombre de mandats par élu à un nombre permettant d'atteindre le montant de l'indemnité parlementaire.

Qu'entend-je par là: limiter le revenu d'un élu à l' IP ? Non, pas du tout: mais LIMITER SON ACTIVITE pour augmenter le nombre de personnes rémunérées par la politique.

Exemple: Madame X est bourgmestre d'une grande ville ET député ET administrateur d'intercommunale. Dans ma proposition, cette dame serait obligée de laisser deux de ses mandats à des suppléants, qui eux même devraient faire un choix entre un mandat public et leur activité professionnelle et éventuellement se mettre en congé donc (faire) engager un remplaçant chômeur. Des postes non élus comme administrateur d'intercommunale, dont le salaire est un bel équivalent temps plein devraient être attribués à des chômeurs.

Les listes du Forem regorgent de cadres licenciés et expérimentés de plus de 50 ans: faisons appel à eux pour exercer ces mandats. Rien ne les empêche de s'affilier au parti politique qu'il sont censé représenter, bien sûr.

Autre exemple: Monsieur Y est administrateur de CPAS et d'une intercommunale et fonctionnaire communal. Il devra choisir 2 de ces 3 postes et laisser l'un des 3 à un chômeur, car sinon ses revenus dépasseraient l'IP.

Une analyse fouillée des 936 pages vous permettra de vous apercevoir qu'il y a 500 à 2000 emplois qui peuvent être créés en Belgique de cette façon, sans grever le budget de l'état .*

Il est bien évident dans mon esprit que les ministres, dont le salaire est bien supérieur à l' IP seraient limités à un seul mandat. Il est bien normal que ce travail harassant soit payé à un tarif de cadre supérieur. Mais d'une part, ce revenu est suffisant pour vivre décemment, d'autre part, ils sont suffisamment occupés.

Bien que le mandat de président de parti soit d'ordre privé, il me semble incompatible avec un cumul de mandat public, toujours dans le but de créer de l'emploi. J'assimile les mandats d'adminsitrateur de grandes institutions dont l'état est actionnaire ( Dexia, Belgacom, SNCB ) à des mandats publics.

 

 

* en fait, si, car les mandataires seront moins imposés, mais ce petit déficit d'imposition sera vite compensé par la TVA sur la consommation des mandataires  de subsitution, leur retrait du chômage et leurs impôts.