Nicolas Sarkozy a-t-il changé depuis 2007 ?

Rien n’a changé. Il a des stéréotypies motrices tout le temps : haussements d’épaules, regards à droite, à gauche… Il veut apparaître plus sérieux. Lors de l’interview télévisée d’il y a une quinzaine de jours, par exemple, il s’est « fillonisé ». François Fillon, même quand il ne lit pas, a tendance à regarder plutôt vers le bas. 70 % des regards de Nicolas Sarkozy lors de cette intervention étaient non directs. Il regardait à gauche, à droite, en haut et surtout en bas. Son débit est aussi passé d’un bon 200 mots/minutes à 110 mots/minutes. Mais ce n’est pas un bon acteur. Sarkozy accumule tellement de promesses non tenues et de contradictions qu’il n’est pas très crédible.

Mais il fait des efforts pour améliorer son image ?

Oui, mais il n’a pas changé. Nicolas Sarkozy a une structure de personnalité émotionnellement ingérable. Il est réellement assez violent, pas mal paranoïaque, pas mal mythomane. Et il ne se rend même pas compte qu’il ment. En outre, chez les socialistes, François Hollande dispose d’une équipe gouvernementale avec Martine Aubry, Pierre Moscovici, Laurent Fabius… À l’UMP, vous avez Nicolas Sarkozy tout seul et une bande de ministres dont je vous défie de me citer quatre noms. C’est un gouvernement de fantoches à la solde du président qui n’ont pas de crédibilité. François Hollande a liquidé tous les problèmes d’ego des ténors socialistes. Il a des capacités de compromis que n’a pas Sarkozy.

N’est-il pas plus apaisé ?

Le gros problème de Nicolas Sarkozy est que, lorsqu’il sourit, les sourcils ne se relèvent pas d’amusement. Or, il faut toujours voir les dents du haut dans un vrai sourire, avec un plissement des yeux. Chez Nicolas Sarkozy, on voit les dents du bas avec des mâchoires tendues. C’est un signal de menace.

Pensez-vous qu’il peut refaire son retard sur François Hollande ?

En terme d’image, c’est beaucoup trop troublé. C’est exactement comme si vous me demandiez si Jean-Marie Le Pen peut se transformer en Chirac, manger des pommes, devenir sympathique. Sarkozy est depuis très longtemps beaucoup plus impopulaire que vous ne le pensez. Je ne dis pas que tout est plié pour François Hollande, mais Sarkozy a commis l’erreur de se déclarer beaucoup trop tard. Il affirme être aux commandes. En réalité, il ne commande plus rien. Ce sont Angela Merkel et l’Europe, le chômage français et la frustration française qui commandent. Quand on analyse ce qu’il a tenu comme promesses et ce qu’il n’a pas tenu, le bilan est négatif à 70 %.

Sa soif de pouvoir peut-elle lui permettre de rebondir ?

Voici ce que j’en pense comme neuropsychologue et comme spécialiste de la psychologie politique : Nicolas Sarkozy est toujours triste, anxieux, préoccupé, neutre. Nicolas Satrkozy est en burn-out. Il n’avait pas envie de se représenter. Et Carla Bruni lui a fait un enfant pour qu’il puisse ne pas se représenter en justifiant qu’il va s’occuper de son bébé et éviter d’être battu.

Pourquoi s’est-il présenté alors ?

Même si vous n’avez pas envie d’y aller, c’est obligé. Nicolas Sarkozy, étant donné son tempérament, est potentiellement dépressif parce qu’il en a trop fait tout seul. Nicolas Sarkozy est un hyperactif. Il n’arrive pas à tenir en place. Ce garçon a des problèmes neuropsychologiques. Ce n’est pas grave, mais il est émotionnellement ingérable.¦

René Zayan dans Lavenir.net  15/02/2012