29/11/2012

Et "on" se plaint que certains soient anarchistes ?????

Pas besoin de commentaires:

http://fr.sott.net/article/11680-Un-peu-de-baume-au-cur-de-la-Resistance-mondiale-a-l-etablissement-du-Nouvel-Ordre-Mondial

Il y a un sujet de dissertation assez courant: faut-il qu'il y ait une autorité.

Notre réponse: voyons d'abord QUI dit ça et QUI l'exerce !

27/11/2012

Le spectacle le plus cher du monde:

Le spectacle le plus cher du monde:

le cirque politique:

Relisez le bandeau titre: " lassé de voir...", puis lisez cet excellent article d'Hervé Azoulay:

http://www.wikistrike.com/article-le-cirque-politique-un-grand-spectacle-112861701.html

Nous avions bien résumé la situation, non ?

26/11/2012

Dumping social: en fin un espoir

Il était temps que ça bouge: un procès qui s'ouvre à Anvers pourrait donner espoir à tous ceux qui ont perdu leur emploi, parce que " trop cher", et ce dans des secteurs réputés difficilement délocalisable.

Il est temps de mettre un frein au dumping social: plus moyen d'emprunter une autoroute ou de visiter un chantier sans y rencontrer des bulgares, des polonais, des roumains.

Nous n'avons rien contre ces gens...sauf que par des tours de passe passe "social", ils nous piquent nos emplois. Et pas n'importe quels emplois: des emplois stables de qualification faible ou moyenne. Rien de plus facile en effet pour une société qui dispose d'un peu de liquidités que de fonder une société dans un autre pays européen et d'y employer des "associés" sous statut d'indépendant.

Un procès très attendu par les chauffeurs routiers débute cette semaine devant le tribunal d’Anvers. Une entreprise est attaquée par trois chauffeurs roumains qui réclament des salaires non perçus.

Pendant des années, ils ont travaillé au départ du port d’Anvers et transporté des marchandises à travers toute l’Europe. L’entreprise qui les employait les payait selon les barèmes en vigueur en Roumanie, leur pays d’origine. Aujourd’hui, ils réclament leur dû, à savoir une rémunération telle que prévue dans le droit belge.

La suite sur Actu 24:

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121126_00236766&saved=1#reageer

Espérons que les syndicats feront leur boulot jusqu'au bout, notamment pour faire publier la jurisprudence et continuer à débusquer les patrons trop économes.

En fait, la seule solution à la crise que nous vivons actuellement ( en fait, je ne parlerais pas de crise, mais de modification structurelle irrréversible ) c'est la quasi unification des salaires, notamment via les taux de change: le prix de référence de la main d'oeuvre d'un ouvrier africain, syldave, chinois exprimée en monnaie de référence ( dollar p.ex.) doit être la même sur toute la planète. ( les chinois commencent à délocaliser en Ethiopie, ou les ouvriers au lieu de gagner 50 cents de l'heure, gagnent 1 ou 2 dolars par jour ! )

 

19/11/2012

30.000 emplois dans l'énergie verte.

Difficile de laisser passer le message d'espoir de la fédération patronale Agoria:

http://www.lesoir.be/108444/article/economie/2012-10-29/pr%C3%A8s-30000-emplois-dans-l%E2%80%99%C3%A9nergie-verte#new_reactions

Bien que le chiffre soit franchement exagéré, c'est vrai qu'il y a du pain sur la planche dans les énergies vertes.

Néanmoins, le préalable est et restera toujours le même: nos salaires bruts sont beaucoup trop élevés. Nos salaires nets sont justes suffisants pour survivre dans un pays trop cher, mais les bruts patronaux sont 3 X plus élevés à cause des charges sociales et des impôts.

Depuis 2 ans, nous publions des recettes, dans l'attente que quelqu'un ose les proposer:

- passage à 6 % de la TVA sur l'énergie sur un montant d'environ 2000 euros

- retour au prix de l'eau d'avant 1998

- contrôle des loyers et prix des immeubles, retour aux prix de 1986, ( indexés, quand m^me )

- abonnements télécom " à la française )

- alignement du prix des médicaments sur les prix étrangers les moins chers.

De telles mesures mécontenteraient quelques capitalistes et propriétaires, mais permettraient de réduire nos salaires nets de l'ordre de 90 à 100 €/mois/ménage, soit 200 à 250 euros au niveau du coût patronal réel.

- Diminution des salaires des 50 +, afin de les rendre concurrentiels avec ceux des plus jeunes.

- 42 heures /semaine au prix de 38: une mesure qui ne toucherait pas nos revenus nets.

Certes, nous sommes bien conscients que ces mesures entraîneraient une perte de revenus mommentanée pour l'état, mais rapidement compensée par l'augmentation du nombre de cotisants et la diminution du taux de chômage ( nous avons déjà démontré il y a de nombreux mois, que l'embauche d'un chômeur par une société privée générait un bénéfice de l'ordre de 2000 euros par mois pour l'argent public, ( par rapport à la situation précédente ). Cela sans compter sur l'effet de cercle vertueux qu'entraîne inmanquablement une hausse de l'embauche.

Il ne faudra bien sûr pas être naïf et signifier à la FEB qu'il s'agit d'un donnant-donnant: ou les patron se bougent ou on retourne à la situation précédente.

D'un autre côté, il est temps pour l'état de commencer à taxer les économies d'énergies générées par les technologies modernes: un ménage moyen paie en moyenne 4 à 500 euros de TVA/an  sur l'énergie qu'il consomme. Il n'est pas juste qu'un ménage qui a la chance de pouvoir investir dans les technologies thermiques cesse de cotiser au bien public. ( il y a bien une " taxe compensatoire des accises" sur les véhicules diesel )

D'autre part, si une suppression du régime de TVA diminuée serait une véritable catastrophe sociale ( et fiscale, par l'augmentation drastique du travail clandestin ), une augmentation de ce taux à 7 ou 8 % ne drevrait pas trop ce faire sentir ( à annoncer le lendemain de Batibouw ! )

Mais nous sommes tranquilles: aucun parti n'osera proposer tout ça ! La politique, c'est comme le recrutement de personnel: qui veut, peut !

17:59 | Commentaires (0) | Tags : salaires, emploi |  Facebook |