20/03/2015

Chômage en Belgique en 2014

Mais la statistique mérite d’être épinglée: avec 633 361 chômeurs complets indemnisés, prépensionnés compris, au 31 décembre dernier, l’Onem a enregistré ses chiffres les plus bas depuis 1992.

Tout l'article:

http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150319_00620499

Et oui, voila le chiffre que j'attendais: il n'y a pas 460.000 chômeurs complets indemnisés, mais en fait 633.361 quand on inclus les pré-pensionnés ! Si l'on inclus les " contrats bidons" ( A.P.E., Rosetta, P.T.P.,apprentis, etc), brefs, ces gens qui ne seraient pas employés si on devait les payer 3000 euros/mois ( brut patronal ), c'est plus de 10 % de la population qui coûte à l'état parce qu'elle n'a pas de travail.

Coût pour l'état, environ 12 Gigeuros, sans parler des manque à gagner fiscaux et sociaux, défauts de consommation, etc...

Réfléchissons un peu:

Relocaliser l'emploi occupé par les " travailleurs détachés ": + 100.000 emplois ( en fait 120.000 car ces types travaillent plus de 50 H/semaine ). différence pour le budget de l'état: + 3 Gigeuros

Si l'on en croit certains économistes, chaque % de coût salarial en moins rapporterait 30 à 50.000 emplois. Donc, diminuer les impôts sur le travail de 3 %, rapporterait à l'état ( chômage en moins, recettes sécu+fisc en plus ) rapporterait 1,2 Gigeuros, sans parler des retombées collatérales.

Ça vaudrait le coup d'essayer, non ? A quand la volonté politique ?

Note:

1 Gigeuro = 1 Giga-euros = 1 Milliard d'euros

Un chômeur coûte à l'état: environ 1000 euros/mois.

Dès qu'il trouve un job à 1500 euros nets, il cesse de coûter 1000 euros/mois et rapporte 1500 euros en impôts et cotisations sociales. Différence pour le budget: 2500 euros/mois.

Mais ce n'est pas tout: en allant travailler, il rapporte environ 100 euros de plus par mois en TVA sur augmentation de la consommation, accises sur le carburant. La demande en outillage augmente, etc, bref tout un cercle vertueux s'installe.

Augmenter la TVA n'est pas une solution, car cela équivaut à taxer les pauvres.

Par contre, faire passer de 6 à 8 % la TVA diminuée sur les travaux de rénovation bâtiments ne devrait pas considérablement impacter le nombre de projets à réaliser.

 

Les commentaires sont fermés.