04/11/2015

Fallait-il (re) traduire Mein Kampf ?

Oui, certainement, en tous cas dans le cadre d'une édition critique. Ne pas dire les choses, c'est aussi mentir ! A l'heure où des voix s'élèvent pour nier l'holocauste et les chambres à gaz, les historiens vont tirer profit de cet ouvrage.

Personnellement, j'ai essayé de le lire: dès le premier chapitre, c'est à gerber, on voit tout de suite à qui on a affaire. Il paraît en plus que l'écriture originale de Hitler ( donc, en allemand ) est épouvantable

Vice.com publie ce matin une interview du traducteur, Olivier Mannoni de cette nouvelle version, plutôt intéressante.

VICE : Bonjour Olivier. Ça fait longtemps que vous traduisez des livres nazis ?
Olivier Mannoni :
Ça fait depuis plus de 25 ans que je traduis des livres consacrés à la période nazie et à ses conséquences. Je crois que j'ai commencé en 1988 avec un livre sur la médecine nazie. Ensuite, j'ai fait le livre de Peter Reichel, absolument extraordinaire, « La Fascination du nazisme », qui montre comment le nazisme avait utilisé toute sorte d'artifices pour séduire sa population et conserver le pouvoir. Après, j'ai refait un autre livre de traduction sur la médecine nazie, qui était ma pire expérience de traducteur, c'était abominable. Je ne vais pas vous faire toute la liste, mais j'ai énormément travaillé là-dessus.

Comment expliquez-vous votre attrait pour le nazisme ?
Il y a une raison autobiographique : mon grand-père a été tué par des Allemands en 1940. Mon père était professeur d'allemand, et il fait partie de ces gens qui ont souffert, pas directement du nazisme, mais plutôt de la guerre, et qui se sont intéressés à ces questions. Moi, je suis traducteur, et j'y trouve un double intérêt. Historique, parce que je trouve que c'est une période d'une intensité incomparable, extrêmement intéressante à comprendre. Et puis il y a un intérêt de traducteur, parce que c'est vraisemblablement le moment de l'Histoire moderne où on a le plus utilisé le langage pour accéder au pouvoir, le conserver et déformer la réalité.

la suite: http://www.vice.com/fr/read/une-interview-du-mec-qui-a-traduit-mein-kampf-596


Les commentaires sont fermés.