Le Stemtest est un outil qui permet aux électeurs de déterminer quelle est leur tendance politique. À l’issue des recherches de l’Université de Gand et de l’UCL, seuls les partis présents au Parlement sont présents sur le curseur politique. Le PTB+ s’était déjà estimé lésé à la sortie du test, et va maintenant un cran plus loin. Il introduira une plainte auprès du régulateur flamand des médias contre le test électoral que vont mettre en ligne la télévision flamande, la VRT, et le journal De Standaard.

Le parti estime en être injustement écarté, en violation du décret sur les médias. Le président du PTB, Peter Mertens, avait déjà fait savoir qu’il regrettait cette mise à l’écart et avait annoncé qu’il entreprendrait des démarches juridiques. «  Le principe d’impartialité implique que, lors des élections, chacun soit traité sur le même pied. Tous les partis qui se présentent ont droit à un accès égal à l’espace public et donc aux médias publics. Lors d’une course à pied, on ne dit pas à un participant qu’il doit partir de 20 mètres plus loin que les autres  », a expliqué le porte-parole Ivo Flachet. Le parti de gauche radicale renvoie aux exemples des chaînes françaises ou néerlandaises qui assurent, dit-il, un traitement juste de l’ensemble des candidats.

«  Le stemtest donnera l’impression d’être complet sur les partis pour lesquels on peut voter mais, en réalité, seul les grands partis sont repris. De cette façon, l’électeur est dirigé vers les partis de l’establishment déjà représentés. C’est inacceptable  », a ajouté le porte-parole du PTB. Par cette plainte auprès du «  Vlaams Regulator voor Media  », le PTB espère être intégré dans le test.